Environnement, Mobilité, Portrait, Tourisme

Station Bee’s s’implante à Gaillac, grâce à Christophe Marcelin

Rencontre avec Christophe Marcelin qui a ouvert une boutique Station Bee's à Gaillac.

Publié le

Du salariat à l’entrepreneuriat

Après 25 ans de salariat en tant que commercial en BtoB, Christophe Marcelin a eu envie de changer de vie. Après un bilan de compétences, il cherche une affaire à reprendre. Le hasard le mène vers Station Bee’s qui venait de se lancer en franchise.

Cela tombait bien puisque Christophe avait envie d’apporter du positif aux gens, tout en les incitant à prendre l’air. « J’ai toujours aimé la vente, le conseil et les activités extérieures. Ça me correspondait bien ! » nous raconte-t-il.

Une histoire d’outdoors

Le gérant revient sur sa toute première expérience professionnelle : « j’étais responsable cycle chez Décathlon pendant 2 ans en Auvergne » sa région d’origine « et j’en ai gardé d’excellents souvenirs ». Christophe était donc convaincu d’être sur la bonne voie à la rencontre de Station Bee’s, qui avec ses 10 ans d’ancienneté, offrait l’expérience du vélo électrique.

« Je cherchais un local sur le territoire. J’ai fini par le trouver à Gaillac ». Christophe avait envie d’une boutique afin de proposer de la vente également. « Les gens viennent tester les vélos électriques, puis certains reviennent pour en acquérir un car ils se rendent compte que cela peut devenir un objet du quotidien. »

Vent en poupe pour le vélo électrique

Sur le plan loisirs, « l’avantage du vélo électrique, c’est que les niveaux se réduisent ». On peut dorénavant partir avec son conjoint un peu trop sportif, des amis un peu trop rapides et profiter de la découverte d’un Tarn authentique de Gaillac à Lisle-sur-Tarn en passant par Castelnau-de-Montmiral.

Le vélo électrique a donc le vent en poupe et Christophe a su en faire un allié de la découverte, en proposant des animations et parcours alliant Histoire et Gastronomie.

Avec 25 vélos en location et une dizaine à la vente, Christophe n’a pas fini de se réinventer. Il nous a même confié qu’il partirait à l’automne, faire une grande boucle tarnaise de 140km pendant ses prochaines vacances, afin de pouvoir conseiller et proposer cet itinéraire à la prochaine saison. On a hâte !