Economie, Portrait

Une entreprise graulhétoise à l’Élysée !

Cuirs du Futur est l'une des entreprises innovantes de notre territoire. Nous sommes allés à la rencontre de Madame Nemoz, responsable de production.

Publié le

Le Cuir stretch : une innovation


La maison Cuirs du Futur est née dans les années 90 au cœur du berceau historique de l’industrie du cuir française : à Graulhet. Après des années de recherche & de développement, Manuel Saussol offre une nouvelle dimension au cuir, avec l’invention du cuir stretch ou MAGISCO.
Commercialisée dans les années 2000, l’innovation était peut-être un peu trop avant-gardiste à l’époque, puisque les clients n’étaient pas prêts. Finalement c’est Jean-Claude Jitrois qui tente l’aventure avec une gamme de vêtements à base de cuir stretch. De fil en aiguille, d’autres grandes marques ont suivis dès 2004, en France et dans le monde entier.

Des clients hauts de gamme

Héritier de ce savoir-faire familial, Denis Saussol continue à maintenir l’excellence des produits Cuirs du Futur, en y mêlant passion et innovation.

Les grandes maisons de luxe françaises, à l’image de Channel, Louis Vuitton, St-Laurent et Givenchy se fournissent auprès de la société graulhétoise. « Finalement à Graulhet, chaque mégissier a sa clientèle, sa propre niche. Même si d’autres entreprises proposent aujourd’hui du cuir stretch, nous gardons notre image de pionnier ». Mme Nemoz, responsable de production nous explique que Cuirs du Futur reste le seul mégissier à confectionner ses cuirs de A à Z, utilisant les méthodes de collage et sillage sur place. Ce savoir-faire en interne leur permet de maintenir une qualité et une image remarquable. « Nous avons encore quelques années d’avance ». C’est que la concurrence étrangère existe belle et bien depuis 2010, avec des cuirs arrivants de Turquie, de Chine et d’Inde.

Respect de l’environnement et optimisation

« Nos innovations vont dans le sens du respect de l’environnement et de l’optimisation de la qualité du produit. » Cuirs du Futur suit au plus près les démarches écologiques liées à leurs activités. « Nous avons une unité de prétraitement pour le chrome. Nous recherchons des procédés éco-friendly de re-tannage de teinture et nous gardons un œil sur les produits utilisés. »
« Notre activité est saisonnière ». Nous recrutons une vingtaine d’intérimaires chaque hiver pour faire face à la demande et avons une quarantaine d’employés fidèles.
Même si notre activité a ralenti suite à la crise sanitaire, nous avons su nous adapter. Aujourd’hui le marché américain se réveille peu à peu, nous apportant du positif pour l’été. »

Valoriser son métier à l’Elysée

La société graulhétoise sera d’ailleurs présente les 3 et 4 Juillet prochains à la Grande Exposition de Paris. Professionnels des Métiers d’Art et entreprises labellisées EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) s’y retrouvent pour faire valoir le « Fabriqué en France ». Cuirs du Futurs a été choisie comme entreprise emblématique du département et pourra, à cette occasion, faire découvrir au grand public toutes les richesses de leurs créations et son savoir-faire à la française. Lors de la première édition, la Grande Exposition avait accueilli plus de 10 000 visiteurs.